mercredi 15 juillet 2015

10 Juillet 2015 (stage bad-surf) : Look Pic-Saint-Loup et rugissement du BLACK-MANGA

    Vendredi, dernier jour de surf (ça passe trop trop vite...), l'occasion pour Cam et Ludo d'arborer l'emblématique coiffe des "Vignes buissonnières en Pic Saint-Loup". Les deux lurons s'étaient déjà présentés ainsi chapeautés, fin juin, lors de la Bad Party 2015 (fête de clôture de l'AS Alain Savary). Ce qui leur avait réussi, puisqu'ils s'étaient imposés en finale (contre un double mixte de valeur, Benja-Chloé). C'est donc fiers comme deux bar-tabacs Tréviésois qu'ils se sont pointés solidement casqués pour un ultime face à face avec l'Atlantique.
Badistes de talent et...
surfeurs d'avenir ?
    Comme le démontre les images qui suivent, ils n'ont pas été les seuls à prendre de la hauteur et à  désormais régner sur l'écume. Même si certains n'ont pas encore toute l'intrépidité requise, ni le coup de rein adéquat, ni l'aisance virevoltante d'un Kelly Slater, les progrès de nous tous et toutes ont été palpables.

    Pour fêter nos prouesses, les monos nous ont ensuite conduits et lâchés dans la zone Pédebert d'Hossegor où se trouvent un max de magasins d'usine ! Pour le plus grand bonheur de certaines et certains qui se sont plongés à fond dans les "bonnes" affaires ! Erwan, notamment, en a profité pour s'évader du look badiste qui lui colle à la peau en picorant diverses fringues humant bon les embruns.
    Bon, cette année, on a un peu trop pensé qu'à nous et pas pensé du tout à offrir à notre entraîneur fétiche, qui se décarcasse toute l'année pour faire de nous des héros, qui s'est travesti en cuistot durant toute une semaine pour nous offrir les mets les plus délicats, qui s'est mué en Mr Loyal pour enchanter nos soirées, qui n'a pas hésité à prendre Mathis et Alexis dans ses bras pour les câliner sous les douches en tenue de dodo, etc., etc., etc., une petite attention, une broutille à manches courtes, un micro-geste, qui l'aurait touché au plus profond de sa sensibilité...

    Promis, pour se rattraper on va lui envoyer tout plein de petits messages attentionnés, le remerciant de son infini dévouement, on va le submerger de sms, embellis d'émoticônes rigolos, le glorifier sur nos pages Face-book, lui envoyer des cartes postales de partout et même de Chine !

     En soirée, juste avant d'attaquer une phénoménale grillade, certains d'entre-nous se sont intéressés au stand du boucher-charcutier du coin. Un solide gaillard, qui vendait (notamment) du sauciflard, alpaguant les Patrick déambulant dans les allées du camping avec un humour reptilien. Le must du must de son étal était ainsi un solide saucisson, de taille conséquente et d'un noir intense, qu'il avait baptisé : Black Manba ! La résonance de l'appellation ayant immédiatement séduit les oreilles des erpétologistes de la bande, le snake a rapidement été promu cri, et, pour être franc, hurlement de ralliement ! Si dans le minibus blanc, d'après notre système de reconnaissance guttural, c'est bien Maxime, Ludovic et Camille qui ont dès lors terrorisé tous les promeneurs qu'ils ont croisés par un rugissant : "BLACK-MANBA !", dans le rouge, se sont Etienne et Alexis qui s'y sont collés... deux jours durant. L'un canonnant à tour de glotte du "Black Manba" à l'écoutille de tribord, tandis que l'autre rugissait à bâbord, avec Mathis aux commandes. Bien calé sur le siège avant du véhicule, Splash-man faisait, en effet, office de vigie. Il s'est révélé sentinelle d'une redoutable efficacité, constamment sur le qui-vive, prévenant instantanément ses deux compères-artilleurs de notre imminente arrivée sur un pauvre piéton, un malheureux cycliste, un malchanceux groupe de plagistes, ou encore une infortunée grand-mère... de grands moments de solitude pour le timonier de ce vaisseau pirate...



































Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire